Je trouverai ton eau, c’est un serment muet,
je sais bien qu’il existe ce ruisseau fluet.
L’entrée n’est pas scellée, simplement inconnue,
je saurai explorer si tu te mets à nu !
Créature marine, deviendrai-je pour t’atteindre,
tu apprendras bientôt à écouter sans craindre
tous les mots que te souffle en surface ta peau
ainsi que des abysses de ton bassin l’écho,
les profondeurs passives de ton désir ondin
qui te fera gémir à la pensée qu’enfin
je te pénètre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *