La préférée

Je ne vous l’avoue qu’avec peine
– Si j’avais honte en l’écrivant,
Ne parlons pas de le slammer !
C’est aussi un peu enivrant
D’imaginer que vous l’sachiez –
Je veux être votre préférée.

De quand date cette rengaine,
Est-ce du premier petit frère,
Ou du temps de l’école primaire ?
Malsaine compétitivité,
Aussi loin que vont mes repères
J’ai voulu être la préférée.

Je sais bien la place de mon père
De son absence, ce trou béant,
Dans mon drame par trop ordinaire.
Si j’métais sentie regardée
Aurais-je ce désir si brûlant
D’être dans vos cœurs, la préférée ?

Si j’avais eu son attention
Essayerais-je d’avoir la vôtre ?
D’y trouver une confirmation,
Une forme de supériorité
Mon estime dans les yeux des autres,
L’espoir fou d’être préférée ?

Parfois n’pas être la plus aimée
Ressemble à n’être rien du tout.
Je me souviens quand j’ai appris
Comment on pouvait être traitée
Lorsque nous arrive le malheur
De ne pas être la préférée.

On nous dit que tous les enfants
Doivent être aimés d’la même manière,
Pourtant Mémé préférait Pierre
Aucun risque d’égalité.
Moi j’avais pas perdu la guerre :
Des autres, j’serais la préférée !

Et bien souvent, si je m’attache,
Alors, ça ne va pas tarder.
J’suis pas toujours assez bravache
Pour candidement le demander ;
C’est important que tu le saches :
Je voudrais être ta préférée.

Je veux être votre préférée
Sans pour ça devoir jouer un rôle
Ou me forcer à être drôle.
Juste ma personnalité,
La force de l’authenticité,
Et que voilà, le tour soit joué !

Je rêve de trouver un mécène,
Que mes textes soient acclamés
D’être un mystère qu’on veut percer
L’objet de vos curiosités
Je veux le contraire de la haine
Je veux être votre préférée

Et pourquoi pas, même, votre Reine,
Par votre ferveur transportée,
Sans oublier, une bonne élève
Rougissant d’être récompensée,
Qui n’ayant plus rien à prouver
Jouirait d’être la préférée.

La tienne, la tienne, et puis la tienne !
Pas que je sois mégalomane
Mais vous savez être préférée
C’est presque comme une cabane
Sauf que sans devoir me cacher
Je m’y sens en sécurité.

Quand je me présente sur scène
Vous saurez maintenant décoder :
Dès que je m’apprête à trembler
C’est que j’veux être la préférée.
Et pas besoin de me mentir
– Mais laissez-moi l’imaginer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *