Quatrains pour Saturne

Tu m’as mise face à moi-même,
Rien n’aurait pu plus me changer,
Les mots, les concepts que tu sèmes
M’aident à regarder sans danger.

Si je renais avec l’hiver,
C’est que j’y gagne l’obscurité,
L’ambivalence n’est pas amère
Quand on y trouve sa liberté.

De l’autre côté du miroir
Survivait la part rejetée,
J’t’ai vu traverser sans y croire
Mais elle aussi tu l’as aimée.

Depuis j’apprends à être fière
De moi, de toi, de notre lien,
L’ombre acceptée devient lumière,
Je ne me sens plus seule ni alien.

Les enfants de septembre

Nous sommes les enfants de septembre
qui contestent la fin de l’été
continuons à nous amuser
nous n’avons pas de comptes à rendre
l’automne n’a rien à nous apprendre
il n’y aura pas de rentrée
refusons d’en être l’antichambre
pour nous ni cartables ni dictées !
Au bureau pas pieds et poings liés
le monde est notre cour de récré
personne pour interdire l’accès
comptons nos membres :
tou·te·s ont la clef !
Une clef qui est dans la tête
et ouvre sur tous les jours de fête
où il nous plaira d’aller jouer.
Dans une cabane de couette
à nous les batailles d’oreiller !
en riposte même novembre
ne saurait sonner la défaite
car nous portons en nous l’été.

Poésie de carnet : août 2016 à août 2017

travailler la posture d’aveugle
positionner les essentiels
couleur d’orange
une petite mort
dans l’espace, personne ne vous entend danser
gradation vers
émotions positives
Transhumance
le nous plutôt que le vous
délitement
maintenant ça va mieux
contact
remonter
J’essaie de vivre au jour le jour
Je veux un chez moi, mais ce n’est pas une urgence.
Autonomie.
je dois pouvoir me faire confiance !
2 possibilités
ce que le manque de structure provoque cognitivement
premier dialogue intérieur
être au clair avec son engagement
rituels avec
chaudron magique
distinguer obstacles et murs
safe space à explorer
au Ruisseau chaud
un espace vraiment collectif
je n’ai pas tout à fait renoncé à cette prétention
Clôturer l’enfance.
Projet intimiste et satirique.
il était une fois la vie, mais toi
cabane mentale
résilience
résilience
Danse des articulations
ceci est ma place
celle qui était déjà sur la planète et qui accueillait
s’injecter couleur
Tension exprimée comme une énergie
Vous, vous, votre regard ! Je ne savais plus quoi dire.
falsifier
Apprendre à changer d’état interne
trous émotionnels
bénéfices secondaires de la perte
chahut
les Aliennes
double peine
on relie tout
équivalences
instantané
Inventer des potins imaginaires
ces meufs qui quittent leurs mecs pendant les vacances
Pousses
Hors du feu
Entre-deux guerres
Un type avec un fort accent russe essaie de m’offrir du champagne
électron libre
la nécessité du mouvement
proximité-distance
Flip, flap, flop. Flip on est neutre.
inspiré
Hypothèses
on roule ensemble sur les tapis
projection des émotions et désirs
se faire ballader
donne – Non.
je descends tête la première mais je n’ai pas peur.
c’est bien toi
le pouvoir de transformation
ANCRAGE
[ ]
la route de l’affirmation.
seule en scène, La vagabonde
les pièces du puzzle assemblées
le seul mec vient se mettre au milieu
take action
till death do us apart
deal
Retrospect
End of the line
BROADEN THE PATH
metaphors
who ‘d
faire consensus
à un tel degré
celle avec le plus d’expérience
take a break!
on va parfois devoir interrompre
the aging
The opposite of design is tradition.
à court terme
We need to stop playing that game.
le + vite possible
trop hautes exigences pour le groupe
état des lieux
mauvaise estime
On attend
Tête à tête.
Gestion de la colère
Jeux de visage.
faire l’enfant triste.
méditation orgasmique
aiguiser mon envie d’être
[ ]
pas la place d’être plus bougée
ignorant l’alternance jour-nuit
Comme un être polymorphe, un poignard planté au niveau du plexus, un soleil plein et rouge, un oesophage empoisonné, une onde vibratoire aux limites floues
Traversées
Quelles différences entre l’eau et les balles ?
j’ai pris soin
Reconstituer
Choc & soulagement
des poissons se disputent en elle
solitude de l’air
j’ai un petit endroit mort
c’est mon tour
Je me demande pourquoi j’ai appris il y a si longtemps à être directe dans mon regard.
Continuité
la tension dans mon ventre
elle sait se protéger
je ne peux pas la mettre en danger
Changez de scénar
Les gens vont s’ennuyer
Demander la prochaine fois
J’ai envie
avec les mains
des miniatures
s’imaginer se remplir d’un liquide doré
Force à trouver là.
brode autour
un collier d’esclave
it’s like knowing the solution and deliberately ignoring it
trust yourself
Mon passé, yeux fermés, dans la lumière, à terre, immobile, répétait doucement “numb”.
encore et encore, jusqu’à être tout à fait synchros, jusqu’à l’épuisement, la transe…
laisser partir
je sais quand c’est le moment d’ouvrir les yeux et je le fais
Prépare toi
Plaisir du nouveau tapis
il n’y aura pas de reconnaissance du mal
rien, aujourd’hui, rien
Je ne fais rien,
Le coeur est toujours sur le sol.
Peur que ce soit ma faute
semi-paralysie
Je n’articule pas assez
j’arrive à donner des coups
JE suis partie
commencer quand on veut
marge de manoeuvre
voir à travers quoi
Début début octobre
inquiétude de retomber
La simple légèreté ne m’est pas évidente
en buvant du thé vert.
les moments où je baille lui font plaisir.
[ ]
Doux et lumineux comme un Myazaki –

On a toute la vie pour danser

Laisse-moi être ton miroir
Laisse-toi croire à
la vérité de ton reflet dans mes yeux
à la cohérence de ton visage

je ne peux pas promettre que je saurais te faire rire
mais je peux être amusante paraît-il
quand je suis pleinement apprivoisée
quand le vernis de sérieux se craquelle à la chaleur de l’intimité

je ne veux pas promettre, d’ailleurs
simplement proposer
a way out
hors-cadre, loin de la futilité
we ‘d dance away the fear
on trébuchera, on explorera ensemble
au son des musiques qui exaltent la vie
au gré des voyages du corps ou de l’esprit
et de nos quotidiens bancals
comme des amies
comme des amoureuses
comme des compagnes
ou comme des enfants
sans s’encombrer de définitions

contaminée par le rêve américain
l’idée qu’il faut réussir sa vie
on a beau refuser, elle est là, sournoise
un flic dans la tête comme un autre
banal à en crever

croire qu’on pourrait être heureux autrement
oublier la petite voix
l’enterrer, encore chaude…
elle ressurgira toujours au bon moment
ou plutôt, au mauvais
croche-patte mental mesquin
et personne pour te rattraper

Détruire, dit-il
l’égoïsme
ce Soi, là, en face
qu’on arrive pas à achever
mais qui s’émiette tout seul

tu te cherches, tu voudrais saisir
autre chose
que
ces fugaces
impressions récentes de toi-même

Où suis-je ?!, tu cries
au milieu des images déformées

tu es ton propre kaléidoscope

tu le savais

tu es parti quand même

chercher
chercher ailleurs
chercher tout droit

tu es revenu sur tes propres pas
sur
la TRACE
qu’efface
la fumée de l’avion

revenu
sur
le temps de ton corps
un an de voyage rattrapé en 24h
équivalence
nonsense

retour de l’enfant prodigue
reste la douloureuse question

que faire de l’après

La mer de nuages

Le soleil en fusion
s’étale
sur la mer de nuages
Et le ciel est si bleu qu’on ne peut croire à la nuit

Pourtant le brasier
déjà
n’est qu’une lueur
une trace

la ligne d’horizon surlignée de lumière
enfle soudain
comme une bougie qui s’embrase
une dernière fois

on brûle plus vite quand on va mourir
– ou s’éteindre, c’est selon
l’âme n’est elle pas une flamme,
a flickering one ?

I know for sure mine is
I can feel it sometimes
étincelle de vie
burning
almost bursting
with excitement

But now it’s still
deep and quiet
devant la mer de nuages

Revoir mon jugement.
Je ne mourrais ni étouffée, ni dans un incendie, ni même de nuit, écrasée par une voiture lancée à pleine vitesse.

Je mourrais peut-être de nostalgie.

Je ne sais pas encore très bien comment on meurt de nostalgie. Je n’ai jamais rencontré quelqu’un qui en soit mort. À part, sans doute, le petit prince… plus sûrement que du venin du serpent. À moins que ce ne soit moi seule qui m’en consume en lisant son histoire.
C’est une sorte de maladie insidieuse. Je crois qu’elle vous emporte petit à petit, sans qu’on s’en rende bien compte.

De minuscules morceaux d’âme s’échappent, pour

chaque livre un peu trop triste
chaque silhouette d’arbre nu qui se découpe sur les ciels froids et purs de l’hiver
chaque chanson mélancolique
chaque caresse du vent
chaque (ré)volte passée, et chaque (ré)volte à venir
chaque trace de beauté
chaque instant de poésie

pour l’éphémère qui est partout.

Cette douceur-douleur (ou est-ce l’inverse) m’éparpillera au mille vents pour ne laisser qu’une coquille vide.

Je voudrais inventer un nouveau langage pour chaque nouvel amour
Tout nouvel amour mériterait un vrai commencement
Pas une continuation

Il faudrait oublier oublier
Essayer d’apprendre à
aimer différemment

Effacer les schémas
Tout ce qu’on croyait savoir sur l’amour

Que faire si
« On n’aime bien qu’une fois : c’est la première
les amours qui suivent sont moins involontaires »
Est-ce qu’on aime mal quand on aime pareil ? Est-ce que ce qui a déjà été est pour autant moins vrai ?
La reproduction comme mensonge, figure de la pire des trahisons – obsession de l’originalité, vaine quête.

Croire que nos amours auraient pu être pures alors qu’on nous a tant parlé de l’amour
depuis toujours

on ne peut éviter l’amour plagiat

J’essaie surtout de ne pas trop y penser

I’m so high I can’t tell
I wish sometimes
One could follow me.
But can you even try ?

I live for :
Slopes and Heights
Mountains and Valleys
Dives and Flights

No flat country
Will satisfy
My appetite

Crying and laughing
Are the very same thing
Except reversed

Do not be afraid of what would be too sad