Je trouverai ton eau, c’est un serment muet,
je sais bien qu’il existe ce ruisseau fluet.
L’entrée n’est pas scellée, simplement inconnue,
je saurai explorer si tu te mets à nu !
Créature marine, deviendrai-je pour t’atteindre,
tu apprendras bientôt à écouter sans craindre
tous les mots que te souffle en surface ta peau
ainsi que des abysses de ton bassin l’écho,
les profondeurs passives de ton désir ondin
qui te fera gémir à la pensée qu’enfin
je te pénètre.

Je ne sais pas donner de l’eau
Viens donc la prendre
L’eau de ma bouche ouverte
L’eau de mon sexe humide de tes mots
Je ne sais pas donner de l’eau
Seulement devenir-eau
toute entière
Bain bouillonnant, sans frontières,
je me liquéfie sous tes doigts
En moi tu n’auras jamais froid,
je ne suis pas une eau qui dort
Rien ne saurait me retenir quand je déborde
pas même des cordes
Je deviens alors fontaine
et je sais donner de l’eau.