Complainte des enfants perdus

On aurait pu faire de grandes choses ensemble
au lieu de nous consoler d’être
mais pour faire de grandes choses il faut de grandes personnes
personnes que nous ne serons jamais
nous ne serons jamais personne
car personne n’a voulu de nous

Enfants apeurés
idée de révolte adolescente abandonnée
grandir n’est pas une option
on fuit la confrontation
on préfère s’oublier
dans la douce danse de nos histoires préférées
viens, on dirait qu’on échappe à la tyrannie de la réalité
qu’on serait dans un endroit où tout ce qu’on créé devient vrai
notre pays imaginaire
n’est-ce pas mieux qu’un père et une mère
notre terre d’accueil un foyer
ici on est bien protégés
ici demain est comme hier et pourtant toujours différent
s’il n’y avait le crocodile on pourrait oublier le temps

Comment rester au pays
quand malgré nous on a grandi
quand on ne voit plus vraiment une maman en Wendy
on a perdu cette ignorance cette innocence
plus le droit désormais à ces contes sans nuances
Quand on regarde à travers les yeux des grandes personnes
et leurs savoirs figés
le pays imaginaire n’est plus drôle du tout
la menace est partout
y compris chez les fées.
D’autres enfants viendront nous remplacer,
le dernier refuge est tombé :
on ne peut plus croire que Peter vaille mieux que Capitaine Crochet.

Nous qui n’avons réussi
ni à rester enfant
ni à devenir de grandes personnes
on se sent insignifiant comme personne
noyés dans le vide de nos intérieurs
qui a englouti nos fragiles radeaux
ohé du bateau ! Qui viendra nous repêcher,
nous les adultes empêchés
qui nous noyons dans un verre d’eau
ohé ! Nous sommes inadaptés
et nous tenons à l’être.
Qu’avons-nous comme avenir ?
Nous jetter par la fenêtre
en rêvant d’être sauvés
par la poudre de Clochette.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *