Comment pourrais-je ne pas t’aimer
Toi qui m’a lu tous ces poèmes
Toi qui m’a ouvert des portes
Dont j’ignorais l’existence même

Comment pourrais-je ne pas t’aimer
Toi qui m’a guidé par-delà
Monts et par vaux dans ce voyage
De ceux dont on ne revient pas

Comment pourrais-je ne pas t’aimer
Toi qui a su être mon ailier
Qui au milieu de la cohorte
M’a suivi parmi les nuées

Comment pourrais-je ne pas t’aimer
Toi qui étais autre moi-même
De l’écume de nos amours
Nous devrions garder la crème

Comment pourrais-je ne pas aimer
Chacun de vous et plus encore
Ces liens-là ne disparaissent pas
Ces liens comptent parmi les plus forts

Comment pourrais-je ne pas aimer
Ce qui me restera de vous
Et la confiance, si fragile…
Et la chaleur sur mes joues.

Merci pour les poèmes

Merci pour les poèmes,
Pour l’émotion pure,
Pour ce que ta voix sème,
Me révèle comme fêlures.

Vivent dans ma mémoire
Quelques instants de grâce
Aux reflets de la moire ;
Jamais ils ne s’effacent.

Souvenirs précieux
Qui parfois me rappellent
Tu n’es pas éternelle,
Ici sont tes cieux.

Je suis touchée à l’âme
Toi, moi, la poésie,
Qui portera le blâme ?
Peut-être est-ce Lucy.

Je suis touchée au cœur,
Et si c’est sans rancœur
– Mais pas sans amertume –
Que je glisse, posthume,

Pour l’amour qui n’est pas,
Un soupir qui soulage,
Oserais-je dire, tout bas :
J’ai fait un beau voyage…